[Contre-courant] 9 contributions positives d’Alain Soral à la société française

Comme je me retrouve souvent confronté, sur les réseaux sociaux, à une peur bien présente, celle du terrible Alain Soral, il m’a semblé important de remettre quelques pendules à l’heure à son sujet, et à celui du mouvement qu’il a lancé.

Writer Alain Soral gives a press confere
Pourquoi le crâne d’œuf plaît-il autant ? (au dessus, c’est le soleil ; au dessous, c’est la réponse)


Si Alain Soral plaît, c’est parce qu’il à un côté guerrier, qu’il est allé au charbon en mettant en lumière comme personne avant lui l’importante place du lobby sioniste en France sous ses différentes formes. Il s’est par exemple fait interdire d’éditer certains livres, des librairies proches d’E&R sont régulièrement saccagées, des campagnes du CRIF et de la Licra ne cessent de chercher à le faire taire, etc.. ce qui ouvre un champ de discussion sur la liberté de publier et la liberté d’expression en France. C’est également parce que les gens lui reconnaissent une certaine honnêteté dans sa démarche qu’il détient cette popularité.

Pour développer un peu, voici les points positifs importants – et difficilement contestables – que l’on peut attribuer à la démarche de Soral, « en vrac » :

1) il a une volonté de fédérer la population – tandis que d’autres la divisent – au-delà de certains clivages traditionnels (religieux et politiques notamment) ;
2) il explique comment oligarchie et sionisme fonctionne main dans la main en mettant à jour la forte présence de la communauté juive sioniste dans les cercles de pouvoir de la haute-administration et de certaines grandes associations, ainsi que de la politique et des médias français (qui est une élite oligarchique à forte loyauté entre membres, soumise à une quasi pensée unique, et ennemie de la souveraineté populaire) ;
3) il met en lumière le rôle des francs-maçons – autres grands adversaires de la souveraineté populaire – dans la formation des élites françaises ;
4) il explique l’arnaque/imposture de l’antifascisme contemporain ;
5) il met en avant les problématiques liées à la liberté d’expression en France ;
6) il détient une bonne expertise vis à vis de la stratégie politique du FN (pour des raisons historiques ainsi que de proximité idéologiques) ;
7) il a la volonté de s’autonomiser, on peut le voir à travers la création de diverses structures telles que E&R ou encore Kontre Kulture ; ces structures sont une plateforme culturelle permettant l’échange d’informations et de connaissance. Elles permettent à ces gens d’affuter leurs arguments et de ne plus dépendre que de leurs impressions un peu floues, ainsi que de développer éventuellement des compétences sur le plan médiatique (prises de vidéo, interviews, montages). Aussi on peut dire qu’elles contribuent à lutter contre l’individualisme ;
8) il contribue à faire diminuer le racisme majoritaire en France (anti-arabe/noir) bien plus en quelques années que la gauche en 30 ans ;
9) il contribue à faire se ré-intéresser des jeunes à la politique.


Je ne souhaite pas donner l’impression de cliver davantage – d’autant plus que suis opposé à Soral sur un certain nombre de valeurs morales (je suis un farouche libertaire) – donc je m’arrêterais là avec cette liste, qui n’a que pour simple but de contredire le portrait noir qu’on lui brosse souvent à tord – et c’est bien pour cela que je n’évoquerais pas les points négatifs, d’autres s’en sont chargés.

J’espère simplement que nous saurons refuser de diaboliser Alain Soral et E&R lorsqu’on nous demandera injustement de le faire – et on nous le demande déjà aujourd’hui (voir l’épisode fumeux des imaginaires « stages commandos en forêt » qui auraient fait peur au PS cet été) – sans bien entendu nous empêcher de faire preuve de discernement lorsque ce sera nécessaire. Car, et c’est important de le garder à l’esprit, il ne s’agit pas d’un combat du bien contre le mal. Le défi est donc pour nous de faire preuve de recul, de discernement et de tolérance vis à vis de ce mouvement représentant une sensibilité morale particulière à notre société, qu’on le veuille ou non.

Si après cela, vous devenez toujours hystérique à l’évocation du nom « Soral », repensez à ces 9 points et réfléchissez bien à ces apports. Posez-vous enfin la question fatale : ces contributions, ne représenteraient-elles pas tout ce que nous avons loupé ?

Publicités

3 réflexions sur “[Contre-courant] 9 contributions positives d’Alain Soral à la société française

  1. une expertise sur la stratégie du FN ? heu je ne crois pas. Le diagnostic de François Asselineau est bien meilleur, il a je crois bien mieux compris leur jeu, et le jeu de ceux qui l’instrumentalisent !

  2. Je ne suis pas sûr que ces deux points soient positifs :
    2) il explique comment oligarchie et sionisme fonctionne main dans la main en mettant à jour la forte présence de la communauté juive sioniste dans les cercles de pouvoir de la haute-administration et de certaines grandes associations, ainsi que de la politique et des médias français (qui est une élite oligarchique à forte loyauté entre membres, soumise à une quasi pensée unique, et ennemie de la souveraineté populaire) ;
    3) il met en lumière le rôle des francs-maçons – autres grands adversaires de la souveraineté populaire – dans la formation des élites françaises ;

    En effet, si l’on peut être d’accord sur la surreprésentation de la communauté juive sioniste dans les cercles de pouvoir, cela ne permet en aucun cas de l’expliquer et encore moins de l’empêcher (je ne suis pas anti-juif mais antisioniste) et sa nocivité en tant que défenseur de l’oligarchie dont nombre de ses éléments fait partie (les fameux 1%, telle E. Badinter, 7e fortune de France). Idem pour les francs-maçons. Surreprésentés peut-être, militant contre l’intérêt des 99% je ne suis pas sûr. Et en tout état de cause, comment les empêcher de nuire, si tel est le cas : interdire le sionisme ? interdire la francmaçonnerie ? Ou faire en sorte que le copinage ou la cooptation devienne impossible, voire un délit si avéré ?

    Je crains que remplacer la critique du capitalisme par la critique de ces « réseaux » ne soient pas suffisant pour expliquer les tares congénitales du capitalisme, surtout lorsqu’il devient néolibéralisme. L’avènement du néolibéralisme n’a pas besoin de la présence de ces « réseaux » (sioniste ou francmaçon) pour se développer sans quoi ce serait une constante dans tous le pays qui se tourne vers le néolibéralisme. De même pour l’autoreproduction des élites.
    Un peu court comme explications principales de la puissance de l’oligarchie actuelle, loin s’en faut !

    Pour les points positifs, 1, 4 8 & 9 je suis très sceptique. Pour le restant je ne le connais pas assez
    En tout cas il n’est pas le seul à le faire. Donc pourquoi en faire la promotion ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s