Le point de convergence des luttes mène à la souveraineté

Frédéric Lordon a dit :
« En France, quelqu’un qui dit qu’il n’est ni de droite ni de gauche est immanquablement de droite, ou finira à droite. »
Cette injonction des commentateurs politiques – des journalistes aux universitaires militants, des libéraux jusqu’aux marxistes – à se positionner dans les frontières dessinées par le clivage classique de la_gauche et de la_droite n’est pas anodine, elle témoigne d’une attitude et d’une volonté double :
orienter et enfermer de manière paternaliste les réflexions trans-partisanes ;

discréditer par la diabolisation ces réflexions (appel à la peur).

Tout ceci a pour conséquence de les anesthésier en donnant le sentiment qu’il existe un « cordon sanitaire idéologique » à ne pas transcender, et qui au final empêche leur réalisation ultime : l’émancipation politique, à travers un nouveau cadre de pensée plus à même de permettre au peuple de se saisir des solutions fédératrices et radicales qui le sortirait de son impuissance politique.

5
Penser le nouveau cadre, c’est précisément ce que j’ai essayé de faire en le représentant dans mon précédent article, où il s’agit non pas de déconstruire le clivage gauche/droite actuel mais de le mettre temporairement de côté puisqu’il enferme notre pensée politique dans un schéma moral et antagonique. Cette mise de côté n’est utile que si on formule de nouveaux clivages, utiles sur une base méta-politique, a-morale et unificatrice des luttes.
Converging Arrows

En géométrie, la convergence de plusieurs lignes, c’est le fait qu’elles tendent toutes vers un même point. De même que des lignes qui convergent ont toutes un point de mire, les luttes sociales qui désirent converger en ont un également, et ce point ne peut être que l’affirmation de NOTRE SOUVERAINETÉ et ce à tous niveaux : individuel, national et populaire.

Voilà tout ce dont nous avons besoin : des individus souverains, des nations souveraines et des peuples souverains.
La base d’un monde libre.
Publicités

Une réflexion sur “Le point de convergence des luttes mène à la souveraineté

  1. Très bien ce post ! Mais ne peuvent être souverains que des hommes souhaitant l’être, donc y ayant déjà réfléchi, etc. Or tout nouveau né n’a aucune connaissance de ce concept. Il est donc vain de penser que « tous les hommes vont converger vers un même point » puisque « tous les hommes » n’existent pas, il y aura encore et encore des nouveaux nés, et les vivants vont disparaître. Comment donc cela pourrait-il « converger » quand l’existence du support lui-même, l’homme, est transitoire ? Le flux est toujours là : http://www.creationmonetaire.info/2016/01/2016-le-flux-toujours-la.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s